Autres

Pourquoi la presse conservatrice italienne a voulu censurer le Fumetti Neri

Rédigé par Beulah | 10 mai 2019

Dans les années 1960 deux sœurs furent à l’origine d’un nouveau genre de bande dessinée : le Fumetti Neri. Ces « bandes dessinées noires » graveleuses et salaces racontaient les histoires du monde de la pègre. Les techniques de dessin inédites employées les ont rendues extrêmement populaires auprès du public adulte. Et le Fumetti Neri est devenu si populaire que la presse conservatrice italienne lança une campagne pour les faire interdire.

La naissance du Fumetti Neri

Diabolik est une série de bandes dessinées graveleuses en noir et blanc créée par les sœurs Angela et Luciana Giussani en 1962. La légende veut qu’Angela Giussani ait mené sa petite enquête sur les navetteurs de la gare ferroviaire de Milano Cadorna et soit parvenue à deux conclusions : beaucoup d’adultes préféraient lire des romans mystérieux et les petits formats facilement transportables étaient privilégiés. Les éditeurs de bandes dessinées de l’Italie d’après-guerre avaient tendance à se concentrer sur une audience plus jeune, laissant un trou sur le marché.

Inspirée des histoires romantiques et gothiques de l’ère victorienne, des films d’horreur italiens, des « pulp fictions » et des films emblématiques d’Hollywood comme Le Faucon maltais ; la série des Diabolik mettait en scène l’archétype du antihéros. L’éponyme Diabolik est un maître-voleur et escroc qui, avec l’aide de sa fatale amante Eva Kant, heureuse extorquée, pille et assassine pour se frayer un chemin dans la ville fictive de Clerville.


Angela et Luciana Giussani

L’implication des sœurs Giussani dans la conception et la distribution de Diabolik est sujette à débats. Bien que les sœurs Giussani aient fondé leur propre maison d’édition pour publier la série Diabolik et l’aient fait perdurer jusqu’aux années 1980, l’expert en bandes dessinées Luca Mencaroni est convaincu que le rôle du mari d’Angela soit passé sous silence :

« Gino Sansoni [son mari] était un fin homme d’affaires : à la fin des années 1950, il se spécialisa dans les publications pour adultes... les sœurs Giussani ont créé Diabolik, mais il est clair que dénuées d’expérience dans l’édition, Sansoni n’a pu qu’avoir un rôle déterminant. Bien sûr, les sœurs Giussani sont devenues deux grandes directrices, soignant avec attention les auteurs qui ont contribué à leurs ouvrages, mais tous les artistes d’origine viennent de l’équipe de Sansoni. »

Diabolik compte aujourd’hui plus de 800 volumes, se hissant au rang de série européenne la plus vendue de tous les temps avec plus de 150 millions d’exemplaires écoulés et ayant donné naissance au célèbre sous-genre : le Fumetti Neri.

L’essor du Fumetti Neri

Le Fumetti Neri ou « bande dessinée noire » s’est rapidement fait une place dans le cœur du public italien, mêlant la fascination pour le monde du crime au comblement d’un manque d’ouvrages destinés au public adulte. Le petit format et la palette limitée de la série Diabolik ont permis les tirages de masse à faibles coûts. D’autres éditeurs et dessinateurs ont rapidement été tentés de suivre les pas des sœurs Giussani et de connaître le même succès. Ainsi les personnages de bande dessinée portant un « k » dans leurs noms fleurirent.

La liste des grands auteurs du Fumetti Neri inclut Roberto Raviola (dit Magnus), Milo Manara, Vittorio Corte, Eros Cara (dit Kara), Giancarlo Tenenti, Umberto Sammarini, Floriano Bozzi, Romano Mangiarano (dit Felmang) et Camillo Zuffi. Des couvertures notables ont été dessinées par Luigi Corteggi, Emilio Uberti, Franco Picchioni, Carlo Jacono et Alessandro Biffignandi.

« Magnus fut à l’origine de personnages inoubliables tels que Kriminal et Satanik » explique Luca. « Et il a eu une influence sur des artistes comme Giovanni Romanini, Ilario Ranucci, Luigi Corteggi, Roberto Corbella, ou encore Paolo Morisi. D’autres studios importants à Rome ont travaillé pour ces bandes dessinées : employant de nouveaux artistes comme Romano Mangiarano, Angelo Todaro, Vittorio Corte, Franco Verola, Sergio Pascolini, Fausto Oneta. »

Avec une génération d’artistes aussi talentueux et un public de lecteurs adultes séduits par l’univers de Diabolik, Kriminal, Satanik, ou autre Sadik, c’est sans surprise que le Fumetti Neri soit devenu si populaire. « Pour la première fois, les publications étaient réservées à un public adulte et non plus aux adolescents. Les contenus étaient considérés comme non traditionnels et ont vite été censurés, attisant d’autant plus la curiosité des lecteurs ! »


Exemplaires de Diabolik

La censure du Fumetti Neri

Fait plus surprenant pour des lecteurs contemporains : la presse conservatrice italienne s’empara du sujet et jura de mettre un terme à des publications salaces et provocatrices en appelant à leur boycott. Luca nous en dit plus : « Les mœurs, sexuelles notamment, étaient alors bien différentes de celles d’aujourd’hui : les bandes dessinées noires étaient accusées de vulgariser la violence, bien qu’elles ne faisaient que mettre en lumière ce qui se passait réellement dans les villes. » Naturellement, les appels à la censure ne pouvaient que produire l’effet inverse et attirer l’attention du public.

« L’impact des critiques [et des appels à la censure] fut de stimuler la curiosité des lecteurs. Malheureusement, certains éditeurs ont été poursuivis et abandonnèrent ce genre de publications. » Des futures publications s’inscriront dans la continuité du Fumetti Neri et commencèrent à produire des ouvrages « vietati ai minori » (interdits aux mineurs). Ces bandes dessinées étaient de plus en plus érotiques. « La bande dessinée noire est devenu la bande dessinée érotique du début des années 1970. Il s’agissait de montrer toujours plus que ce qui était permis. Ce mouvement est devenu un succès international. »

____________________

Vous souhaitez agrandir votre collection de bandes dessinées italiennes ? Jetez un œil sur nos régulières ventes de BD et dessins originaux italiens.

____________________

À découvrir BD italiennes | BD | Dessins originaux

Vous aimerez peut-être aussi :

Créez gratuitement votre compte Catawiki

Vous serez impressionné par la sélection impressionnante d’objets uniques proposée chaque semaine sur Catawiki. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et explorez nos ventes hebdomadaires préparées par notre équipe d’experts reconnus.

Créez un compte
Partagez cette page
Close Created with Sketch.
Pas encore inscrit(e) ?
En créant gratuitement votre compte Catawiki, vous pourrez faire des offres sur n’importe lesquels de nos 50 000 objets d’exception proposés en vente chaque semaine.
Inscrivez-vous maintenant !