Tendances

Le whisky taïwanais à la conquête du monde

Rédigé par Tom | 26 mai 2020


Le marché du whisky d’Asie de l’Est est en plein essor. Le whisky japonais a connu récemment une ascension stratosphérique, tout simplement, et l’un de ses voisins est en train de l’imiter. Le whisky taïwanais entre en lice et voit désormais deux de ses principaux producteurs compter parmi les noms qui ne laissent pas les connaisseurs indifférents. Curieux d’en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec l’expert en whisky, Jeroen Koetsier.


Le whisky taïwanais a quasi instantanément jouit d’une bonne réputation. « Le monde du whisky se souvient de Kavalan, la première marque de whisky de Taïwan, entré au palmarès des Malt Maniacs Awards (indépendants et à but non lucratif) en 2011, 2012, 2013 », entame Jeroen. « Le Kavalan n’a été lancé qu’en 2006. Imaginez donc des whiskies single malt de quatre à six ans venant d’Asie et qui côtoient aujourd’hui les plus grandes marques mondiales ». Il s’agissait là d’un signal fort envoyé au reste du monde du whisky, une véritable démonstration de force du whisky taïwanais. Mais Jeroen tient à ajouter que l’intérêt de Taïwan pour le whisky ne date pas d’hier et que l’île en est depuis quelque temps l’un des plus grands importateurs. « En tant que marché de consommation, Taïwan a une solide expérience, un peu comme le Japon. Des whiskies haut de gamme (les scotchs principalement) sont commercialisés à Taïwan depuis les années 1980. Le Springbank 1966 Local Barley entre autres. » 



Avant de produire du whisky, King Car était spécialisé dans les boissons gazeuses et les insecticides 


Nouveau venu


La vitesse à laquelle les marques de whisky taïwanais ont pris de l’importance est encore plus remarquable au vu de leurs origines. Kavalan l’illustre bien. La marque a été lancée par le groupe King Car, connu à l’époque davantage pour ses insecticides et son café en conserve que pour ses liqueurs dorées. Mais la portée nationale et la réputation du groupe dans l’agro-alimentaire lui ont fait bénéficier d’une position de choix, surplombant les autres producteurs de whisky en herbe. Sachant que Taïwan n’était pas à la base un marché synonyme de whisky, la direction du groupe a donc cherché à s’inspirer de ce qui se fait de mieux. En usant de son influence dans l’industrie, la firme a attiré les distillateurs d’Écosse et importé des barils d’Europe et des États-Unis, lieux où les techniques de whisky ancestrales sont perfectionnées. Une série de récompenses, dont celle du « meilleur whisky single malt whisky sur Terre » décernée par les World Whiskies Awards, a achevé de faire du Kavalan un must. 


Une histoire de cœur


Le succès d’une marque de whisky dépend grandement de la tradition et de l’histoire de ses produits. Le lien avec le pays et l’idée d’héritage familial sont le lot de toute marque de whisky qui se respecte, et ça, Kavalan l’a bien compris. La marque tire son nom d’un peuple indigène ayant habité la plaine Kavalan il y a des siècles de cela, dans le comté de Yilan, où sa distillerie est implantée. Un clin d’œil à l’histoire et plus particulièrement à Taïwan que la marque garde à cœur dans toutes ses offres. Les premières bouteilles de whisky Kavalan arboraient par exemple la forme du plus haut bâtiment de Taïwan, le gratte-ciel Taipei 101. 


La distillerie de Kavalan est située sur la plaine de Yilan traversée par le canal


Une question de climat


Percer sur la scène du whisky fut un réel défi : il fallait se forger une véritable identité avec une saveur distincte, et bien sûr prouver que l’on pouvait distiller du whisky ici, sur l’île de Taïwan. Traditionnellement, les climats nordiques offrent des conditions idéales pour la distillation de single-malt, favorisant un vieillissement lent et la capture des arômes subtils du chêne si chers aux amoureux du scotch. Mais l’humidité élevée de Taïwan et son climat chaud ont ouvert la voie à un nouveau type de single-malt. « Parce que le whisky vieillit plus vite à Taïwan, il lui faut moins de temps pour reproduire le goût des whiskies mûrs. Certains whiskies en fût de Sherry taïwanais âgés de quatre à cinq ans sont aussi bons qu’un excellent Macallan 12-15 ans d’âge », explique Jeroen. 



Le climat chaud de Taïwan permet au whisky de mûrir plus vite et, ainsi, de reproduire le goût de whiskies beaucoup plus âgés dans un délai plus court


Se pose donc naturellement la question intéressante de l’âge dans une industrie qui l’a longtemps considéré comme gage de qualité. Mais avec un climat plus chaud et un risque élevé d’évaporation pendant le stockage du whisky, les coûts sont aussi potentiellement beaucoup plus élevés, explique Jeroen. « Historiquement, le marché du whisky a connu des hauts et des bas. Lorsque la demande diminue, les distilleries peuvent être forcées de conserver leurs stocks pendant plusieurs années. Lorsque les fûts mûrissent rapidement, ils atteignent rapidement leur « apogée » et peuvent décliner aussitôt après ; une bonne gestion des fûts est essentielle dans ce cas de figure. » 


Ceux à surveiller


Dans une large mesure, c’est la saveur du whisky taïwanais qui est à l’origine de son succès. Kavalan et Omar sont les deux principaux producteurs de whisky de l’île (Holy Distillery complétant le podium, mais étant encore à ses débuts). Jeroen précise que leurs goûts sont bien distincts : « L’Omar se rapproche de l’Arran, du Glenmorangie et du Bruichladdich, principalement en raison de combinaisons réalisées avec des dizaines de types de fûts différents. Il a probablement le goût le plus particulier et une majorité de dégustateurs désignerait ce whisky comme le plus intriguant au détour d’une dégustation à l’aveugle. Le Kavalan est une toute autre affaire. Certains de ses fûts de bourbon sont aussi fruités que le scotch Bowmore classique tandis que certains de leurs meilleurs fûts de Sherry pourraient presque être pris pour un whisky dont Speyside serait très, très fier. » 



Les grands acteurs du whisky taïwanais sont au nombre de trois, mais avec un marché en plein essor, d’autres n’ont plus qu’à se lancer


Le whisky de Taïwan fait des émules, mais il a encore du chemin à faire. Rien que sur son propre territoire, avec de nombreux amateurs occasionnels s’orientant davantage vers les whiskies plus prestigieux d’Écosse et d’Irlande. Mais Kavalan a bien l’intention de rivaliser avec des distilleries dans la trempe du célèbre The Glenlivet, en termes de volume de production d’abord, ce qui en ferait l’un des plus grands producteurs de whisky single-malt au monde. On peut dire que le whisky taïwanais avance à pas de géant. 

____________________

Qián bēi (ou santé) ! Visitez notre catégorie whisky taïwanais ou inscrivez-vous en tant que vendeur sur Catawiki.


À découvrir Whisky | Vins et whisky


Vous aimerez peut-être aussi :

De l’ombre à la lumière : l’ascension du whisky japonais

100 ans après la prohibition, le whisky a le vent en poupe

Quel est l’avenir du marché du whisky ?

Créez gratuitement votre compte Catawiki

Vous serez impressionné par la sélection impressionnante d’objets uniques proposée chaque semaine sur Catawiki. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et explorez nos ventes hebdomadaires préparées par notre équipe d’experts reconnus.

Créez un compte
Partagez cette page
Close Created with Sketch.
Pas encore inscrit(e) ?
En créant gratuitement votre compte Catawiki, vous pourrez faire des offres sur n’importe lesquels de nos 50 000 objets d’exception proposés en vente chaque semaine.
Inscrivez-vous maintenant !