Histoire

La culture de la fête dans la Grèce antique

Écrit by Tom I September 30th 2020


Ce n'est peut-être pas la période idéale pour faire la fête, mais les rassemblements ont toujours existé, même s'ils nous paraissent aujourd'hui bien lointains. Les fêtes et les breuvages qui les agrémentent sont des rituels millénaires. Les cultures du monde antique étaient souvent enclines aux rassemblements avec une pointe de débauche. Nous avons demandé à notre expert en archéologie, Peter Reynaers, de nous en dire plus sur la culture de la fête et de la boisson dans la Grèce antique au travers des artefacts qu'elle nous a laissé en héritage.


Lorsque l'on étudie les cultures anciennes, on passe souvent à côté de la fête qui constituait une part importante de la vie quotidienne. Nous connaissons en effet plutôt les Grecs de l'antiquité pour leur philosophie et leur fascination pour le ciel. 



Ce kylix représente les dieux des festins et des réjouissances.

Mais, selon Peter, on en sait moins sur leurs tendances plus hédonistes. « Prenez l’exemple de rituels tels que les Mystères dionysiaques. À l’occasion de ce culte célébrant le dieu de la récolte du vin Dionysos, ou Bacchus, les fidèles buvaient jusqu’à perdre connaissance, perçu comme un moyen de laisser le dieu entrer en eux ». Un autre rituel en Grèce, connu sous le nom de Mystères d'Éleusis, célèbre le mythe de Demeter et Perséphone, entre autre, en buvant de la kykeon, boisson rituelle à base de champignons aux propriétés psychoactives. En amplifiant ainsi l’expérience de la vie, on surmontait la peur de la mort. 


Bien que certains rituels aient été réservés à une petite élite, des artefacts prouvent que les réjouissances en général étaient loin d’être une affaire privée. 


Le kylix et le cottabe


Une fête n’en est pas une sans divertissement, et en l’occurrence sans jeux. Les jeunes des années 1990 avaient le « jeu de la bouteille », les Grecs avaient le cottabe (κṣτταβος en grec ancien). Pour jouer, vous aurez besoin d’un kylix. « Le kylix est un récipient utilisé au VIe siècle av. ère commune pour boire du vin », précise Peter. « Ce vase est peint en noir sur rouge, une technique courante du VIIe au Ve siècles av. ère commune qui a fait la renommée d’un grande nombre d’artistes aujourd’hui identifiés. Sur ces vases, on retrouve Satyres et Ménades, disciples de Dionysos, dieu de la fête et de la boisson ». 




Quant au cottabe, les règles du jeu sont simples : « il fallait jeter le fond de vin d’un récipient sur une cible, généralement un disque métallique monté sur un grand support jusqu’à ce qu’il vacille ou sur un plat flottant sur du vin jusqu’à ce qu’il coule », explique Peter. Les gagnants recevaient probablement un autre verre. Pour nous, la plus belle des récompenses est de retrouver un de ces récipients en bon état. « Ce qui est le plus surprenant avec les kylix, c’est l’état dans lesquels on les retrouve. Les archéologues les déterrent très souvent avec les anses cassées car on a probablement trop joué avec ». 


Le cratère

 

Les Grecs avaient aussi un mot particulier pour désigner leurs fêtes. Elles étaient connues sous le nom de symposiums (fêtes à boire). Impossible de ne pas tomber sur un « cratère » lors de ces événements. « Le terme « cratère » désigne un récipient polyvalent, dont l’étymologie se rapproche de celle du mot kerannumi, qui signifie mélanger. Nous savons que le vin servi à un symposium était toujours coupé avec de l’eau parce qu’un vin non dilué était considéré comme trop lourd et barbare. Cela en dit long sur la vision qu’avaient les Grecs des Romains et de leur culture, ces derniers étant connus pour boire du vin non dilué. Les Grecs avaient même leurs propres méthodes de dilution, déterminées selon le type d’occasion. Pour les conversations plus longues et savantes, on mélangeait un tiers de vin dans deux tiers d’eau. Pour des moments plus animés, le rapport était un demi un demi, et si vous recherchiez l’ivresse, alors le vin était servi pur. Ce dernier dosage, cependant, était mal vu. 



Beaucoup de cratères comportent des dessins représentant des scènes de symposium.

Les recherches suggèrent que les cratères étaient placés au centre de la fête pour que tout le monde puisse y accéder. Ces récipients, en raison de leur taille, deviennent très lourds lorsqu’ils sont remplis ; il est donc logique de le laisser à portée de main de convives titubant. « La tradition du symposium voulait qu’un participant soit nommé pour gérer le rapport entre le vin et l’eau », explique Peter. « Il procédait aussi à des ajustements au fil de la fête, selon la fréquence à laquelle les gens venaient remplir leurs tasses. C’était une tâche lourde de responsabilité, ultime garde-fou au chaos dans lequel serait plongée une réunion trop arrosée ». 



Les cratères étaient placés au centre d’une pièce afin d’être accessibles par tous.

La plupart des cratères avaient un design particulier, témoin de l’amour que portaient les Grecs aux distractions et à la fête. Les archéologues en ont découvert sur des lieux de sépulture de part et d’autre de la Méditerranée, parfois utilisés comme urnes pour les défunts. Même sous terre, la fête continue. « Beaucoup de ces vases étaient décorés avec des scènes de symposium, comme celui-ci représentant une scène de komos où les personnages sont à moitié ivres », ajoute Peter. « L’antiquité est une source intarissable d’inspiration et la découverte de ces artefacts nous apprend beaucoup sur notre façon de vivre, même dans els domaines où l’on s’y attend le moins ». 


____________________


Portez un toast aux Grecs avec votre propre tasse antique trouvée dans nos ventes d’archéologie ou inscrivez-vous en tant que vendeur.


À découvrir Archéologie et histoire naturelle | Découvertes et vestiges archéologiques


Vous aimerez peut-être aussi :


Histoires à partager : l’étrangeté et le charme de l’art océanique d’Ulrich Kortmann


Pourquoi l’égyptologie est toujours aussi populaire


Une histoire des émeraudes à travers trois femmes emblématiques

Créez gratuitement votre compte Catawiki

Vous serez impressionné par la sélection impressionnante d’objets uniques proposée chaque semaine sur Catawiki. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et explorez nos ventes hebdomadaires préparées par notre équipe d’experts reconnus.

Créez un compte
Partagez cette page
Close Created with Sketch.
Pas encore inscrit(e) ?
En créant gratuitement votre compte Catawiki, vous pourrez faire des offres sur n’importe lesquels de nos 50 000 objets d’exception proposés en vente chaque semaine.
Inscrivez-vous maintenant !